Lionel AGULLO

Lionel AGULLO

Coach de vie Hypnothérapeute

Blog de Lionel AGULLO

Bonjour,

J’ouvre ce blog pour permettre à tout un chacun de s’exprimer et de me poser des questions sur ma pratique et pour vous aider à trouver des pistes pour des soucis qui vous empêchent de vivre. N’hésitez pas à me poser des questions ou donner votre témoignage dans l’onglet  contact de la page d’accueil.

Le site internet va vous permettre d’acheter tous les produits vendus en format numérique dans ce site avec un paiement avec carte bleue dans une boutique numérique. Dès le règlement effectué, vous pouvez télécharger directement le produit sur votre ordinateur, votre smartphone, i-phone ou tablette. Vous avez, également, la possibilité de régler  par ce moyen les consultations par téléphone ou dans mon cabinet . Vous pouvez régler les CD d’hypnose en trois fois sans frais et pour cela , veuillez appeler au 0646336038;

Les méfaits du tabac :

Le tabac, la plus grande cause de cancers en France

Les méfaits de la cigarette ne sont plus à démontrer. On pense avant tout au cancer du poumon, mais le tabac favorise le développement de nombreux autres cancers. Pour faire le point sur les risques, Doctissimo vous propose un panorama des cancers augmentés par cet ennemi intime.

Le tabac est la première cause de cancers en France et dans le monde. C’est aussi la première cause de mortalité évitable qui cause chaque année environ 60 000 décès en France 1. Si l’on s’attache uniquement à la mortalité par cancer, la part attribuable au tabac est de 24 % 2. Autrement dit : près d’une personne sur 4 qui meurt d’un cancer meurt à cause du tabac. Un constat pour le moins alarmant… Si le cancer du poumon compte pour beaucoup dans ce constat, il n’est pas le seul : le tabac diffuse ses méfaits dans tout l’organisme et constitue un facteur de risque pour de nombreux cancers.

Un effet direct et un effet plus insidieux

Cancer tabac La cigarette a de multiples raisons d’être cancérigène : en brûlant, le tabac produit des goudrons qui sont composés de milliers de produits chimiques dont des hydrocarbures polycycliques et d’autres carcinogènes… Ces carcinogènes peuvent agir de deux façons : “dans les cigares, pipes et cigarettes lourdes (c’est-à-dire celles qui ont un fort taux de goudron), les “cochonneries” vont se déposer au début du système respiratoire, explique le Pr. Thierry Le Chevalier, cancérologue à l’Institut national du cancer (INCa). Elles vont rester dans les grosses bronches et être responsables de cancers dits proximaux. A l’inverse, dans les fumées plus légères, qui sont d’ailleurs plus féminines, les carcinogènes vont plus loin dans l’organisme. Ils vont passer dans le sang et créer des cancers plus éloignés, plus distants comme des cancers de la vessie ou du foie. C’est entre autres le phénomène des cigarettes légères.”

Qu’en est-il vraiment de ces cigarettes “light” ? Catherine Hill, épidémiologiste à l’Institut Gustave Roussy – 1 er centre européen de recherche contre le cancer – complète : “On a pensé que les cigarettes légères seraient moins toxiques que les cigarettes à plus fort taux de goudron. Mais il n’en est rien, car les fumeurs compensent la baisse du rendement en nicotine, qui est liée à la baisse du goudron, en aspirant plus fort et plus profondément. Avec les cigarettes fortes, on a des cancers dans les grosses bronches, avec les cigarettes légères on a plus de cancers dans les bronches plus petites.”

Avec la diffusion des carcinogènes par le sang, la quasi-totalité des organes peuvent être touchés. On considère aujourd’hui que 24 % de l’ensemble des cancers sont attribuables au tabac. Fumer augmente avant tout les risques de cancer du poumon, mais aussi de multiples autres :

Cancer du poumon : risque multiplié par 15 à 30(3)

En France, on compte chaque année 28 000 décès par cancer bronchique ; plus de 80 % sont attribuables au tabac. La durée d’exposition est le plus grand déterminant du risque ; arrêter de fumer est donc de loin l’action de prévention la plus efficace.

D’autre part, comme le souligne Catherine Hill, “On commence à détecter depuis une dizaine d’années les conséquences de l’entrée en masse des femmes dans le tabagisme entre 1960 et 1990”. Elles représentent aujourd’hui 1/5 des cas de cancer du poumon. C’est l’un des points noirs du tableau : si les courbes d’incidence et de mortalité pour le cancer du poumon se sont stabilisées et commencent à diminuer chez l’homme, elles augmentent considérablement chez la femme. La mortalité par cancer du poumon pourrait dépasser la mortalité par cancer du sein dans une vingtaine d’années.

Qu’en est-il du tabagisme passif ? “Pour 20 cigarettes fumées par votre voisin, vous en fumez environ une”, souligne le Pr. Le Chevalier. Pour le non-fumeur exposé à la fumée des autres, au travail par exemple, le risque de cancer du poumon serait augmenté de 12 à 19 % 4.

A l’inverse, les bénéfices de l’arrêt du tabac sont nets face au cancer du poumon et plus on arrête tôt, plus le bénéfice est grand. Mais le bénéfice est réel quel que soit l’âge où l’on arrête.

Cancers des voies aéro-digestives supérieures(3) :

  • Cancer du larynx : risque multiplié par 10
  • Cancer de la bouche et du pharynx : risque multiplié par 4 à 5
  • Cancer de l’oesophage : risque multiplié par 2 à 5

Tous ces cancers des voies aéro-digestives supérieures (y compris les cancers des lèvres et de la langue) sont directement causés par la fumée de cigarette, chez l’homme et chez la femme. Le risque augmente avec la durée et le nombre de cigarettes quotidiennes, et les risques sont accrus par l’association de l’alcool et du tabac. Le tabac tue beaucoup à travers ces cancers : on lui attribue 60 % des décès par cancer de la bouche, du pharynx ou de l’oesophage chez l’homme, 16 % chez la femme 1. Pour tous ces cancers, lorsque l’on arrête de fumer, les risques diminuent avec les années.

Cancer des voies urinaires : risque multiplié par 3(3)

Le tabagisme est une cause majeure de cancers de la vessie et de l’uretère. Les risques augmentent à la fois avec le nombre de cigarettes et avec le nombre d’années d’exposition. Chez l’homme, le tabac serait responsable de plus de la moitié des décès causés par ces cancers 2. Comme pour le cancer du poumon, arrêter de fumer à n’importe quel âge stoppe la progression du risque.

Mais fumer multiplie aussi le risque de cancer du pancréas par 2, de cancer du nez, du foie et du col de l’utérus par 1,5 à 2,5, ainsi que de l’estomac, du rein et de leucémie myéloïde par 1,5 à 2. La liste est longue…

Un impact direct et lourd sur la mortalité

Avec tous ces risques augmentés, l’impact sur la mortalité est inévitablement lourd : au total, le tabac est responsable d’un décès par cancer sur 4. Comme pour l’alcool, c’est aussi une grande cause de mort prématurée : entre 35 et 69 ans, il cause un décès masculin sur 3 et un décès féminin sur 16 1. A long terme, le bilan est impitoyable : on peut penser que la moitié des fumeurs réguliers, voire les deux-tiers, mourront de leur tabagisme 5.

Première solution : réduire sa consommation de tabac ? Il vaut mieux directement arrêter : la durée d’exposition aux substances cancérigènes du tabac semble avoir plus d’impact que la dose. Si l’on double la dose, le risque est multiplié par deux, si l’on double la durée, il est multiplié par 20… Pour arrêter, n’hésitez pas à en parler et à vous faire aider par votre médecin.

Hélène Jolly

Sources :

1 – Mortality from smoking in developping countries 1950-2000, Peto, Lopez et al., Clinical Trial Service Unit, Université d’Oxford, www.ctsu.ox.ac.uk
2 – Boffetta et col., poster au congrès de l’AACR (American Association for Cancer Research), avril 2006
3 – Vineis et al., Journal of the National Cancer Institute, 2004
4 – Tobacco smoking and involuntary smoking, IARC Monograph 2004, volume 83
5 – Doll R., British Medical Journal 2004, 50 années de suivi de 34 000 médecins anglais

Aujourd’hui nous sommes CHARLIE

La liberté de penser, de critiquer et d’être sceptique sont des valeurs humanistes et universelles. Elles appartiennent à l’humanité depuis la nuit des temps. Comme disait LAO TSEU, dès qu’une religion ou une philosophie deviennent des rituels dans une société, plus celle-ci est dangereuse. L’esprit de tolérance devient essentiel. Il n’y a qu’un seul pays pour l’homme : La Terre. Les livres, présent sur ce site, démontrent que l’inconscient de l’homme est commun à l’humanité. Ils expliquent que seule une spiritualité personnelle et laïque combattrait tout intégrisme de quelque nature que ce soit. Il est seulement dommage que depuis 2008, les médias français audiovisuels, radios et papiers ne veulent jamais parler de ces travaux. Restons vigilants, attentifs et sans peur. Ayons confiance en nous même.

Un coaching sportif très efficace

Je coache un joueur de basket-ball de Pro B et après trois mois de travail les résultats commencent à percer. En effet, ce joueur était arrivé fatigué avec des douleurs dans les genoux et le dos avec une grande perte de confiance. De fait, un différent avec son ancien entraineur lui avait perdre son shoot, son physique et son moral. Aujourd’hui, grâce à nos travaux effectués avec précision, il retrouve confiance en lui, son physique, son moral et la qualité de son shoot. Lors de son dernier match, il a été décisif, l’un des meilleurs scoreur et surtout il a terminé MVP du match avec la note de 23 en évaluation face à une équipe de Pro B possédant la meilleure défense du championnat !!!

De la démonstration que les séances par téléphone sont également aussi efficaces car elles touchent au cerveau limbique uniquement :

LE CERVEAU TRIUNIQUE DE MACLEAN

Depuis 1946, Paul Donald MacLean, docteur à l’Université de Bethesda, Etats-Unis, mène des travaux sur le cerveau. Voyage à travers les âges et les étages de notre cerveau…
________________________________________
Oui, vous avez bien UN cerveau : en doutiez-vous ?… 😉
Le Docteur Paul Donald MacLean a montré qu’il y avait un cerveau en trois.
Cela s’appelle le cerveau trinitaire ou triunique, ce qui signifie un en trois parties. Comme l’écrit MacLean [1] , “dans le cours de l’évolution, nous semblons avoir acquis un esprit fait de trois esprits”.
Faisons une métaphore : le cerveau est UNE maison a TROIS étages. Chaque étage a ses particularités et lorsqu’au cours de l’évolution un étage supplémentaire s’est construit, il a modifié le fonctionnement de ceux du dessous.
Quelles sont ces parties ou ces niveaux ?…
Paul MacLean a baptisé le premier complexe R ou cerveau reptilien (parfois, j’abrègerai en reptilien).
En 1952, le Dr MacLean nomme le deuxième système limbique (abrégé parfois en limbique).
Le troisième s’appelle le néo-cortex (parfois abrégé en cortex). Voilà donc les trois cerveaux[2].
Lorsqu’une information de l’extérieur arrive par l’entremise des cinq sens, elle est transportée jusqu’au cerveau sous forme de message nerveux.
Le problème c’est que… cette information doit arriver au néocortex, et qu’elle doit passer par la barrière du reptilien d’abord, et celle du système limbique ensuite…
Regardons de plus près ces trois cerveaux…
Un reptile en laisse

Le complexe R est le cerveau semblable à celui des reptiles. Il remonte à l’époque de nos ancêtres reptiliens. Les mammifères – dont nous faisons partie – descendent en effet des thérapsides (reptiles prémammaliens) et non de serpents ou de dinosaures.
C’est le cerveau reptilien qui se charge de la survie de l’organisme : respirer, boire, manger, dormir, assurer la défense du territoire (agressivité) et la survie de l’espèce (se reproduire).
Quand un élève mécontent dit “Dégage de MA place !”, il laisse s’exprimer son reptilien.
Le cerveau reptilien aime garder la même place et conserver les mêmes habitudes.
C’est lui qui a l’instinct d’imitation. Il privilégie l’odorat sur les autres sens.
En résumé, nous pouvons dire qu’il nous donne le sentiment du présent.
MacLean le compare à un “reptile en laisse” (exemple : un dragon de Komodo ou un varan en laisse).
Un cheval sans cavalier

Le système limbique est le cerveau des émotions : MacLean l’avait d’abord baptisé “cerveau viscéral”. C’est le limbique qui sépare le monde en deux : en “j’aime” et en “je n’aime pas”. Dit autrement, il catalogue ce qui est vécu comme gratifiant (agréable) ou bien comme désagréable.
Ce qui est agréable est enregistré comme à recommencer ou rechercher : nous le noterons +.
Ce qui est désagréable est enregistré comme à éviter ou fuir : nous le noterons -.
Le cerveau limbique permet l’affectivité. Héritage des premiers mammifères, il nous permet de nous occuper de nos enfants, d’avoir le sens de la famille et celui du clan. Il préfère l’audition sur les autres sens.
Parce qu’il compare tout avec du vécu, nous pouvons dire qu’il nous donne le sentiment du passé.
MacLean le compare à “un cheval sans cavalier”.
Le cavalier

Fabriquer des idées et les garder, c’est du domaine du néocortex.
C’est dans le néocortex que se trouvent emmagasinés le théorème de maths dont nous aurions besoin pour résoudre ce satané problème ! ou l’orthographe du mot que nous recherchons en vain…
C’est le néocortex qui analyse, anticipe, prend des décisions…
MacLean l’a appelé “mère de l’invention” et “père de la pensée abstraite”.
C’est le cavalier qui fait corps (puisque les trois étages du cerveau sont liés) avec le cheval et le reptile…
Il préfère la vision sur les autres sens.
Nous pouvons dire qu’il nous donne le sentiment du futur.
Avec sa centaine de milliards de neurones, dépourvu d’émotions qu’il ne connaît pas, le néocortex pourrait apparaître comme un ordinateur ou un monstre froid…
Pourtant, il y a dans notre néocortex une partie qui nous rend vraiment humain : les lobes frontaux.
Ils sont si importants que certains scientifiques les considèrent comme un quatrième cerveau.
Les lobes frontaux permettent à l’Homme de penser à l’autre, d’être altruiste, de se sentir responsable des autres : ils nous permettent de créer et de nous projeter dans l’avenir.
C’est bien le néocortex et ses lobes frontaux qui fait que l’être humain est différent de tous les autres animaux !
Quand l’information est une course d’obstacles !…

Maintenant que nous avons présenté les trois cerveaux, examinons de plus près comment fait l’information nerveuse pour arriver au néocortex.
Tout d’abord, elle arrive dans le cerveau reptilien. Si la survie de l’organisme n’est pas menacée, l’information passe.
Par contre, si l’organisme a faim, parce qu’on a oublié de prendre son petit déjeuner par exemple, l’information est ralentie, freinée voire bloquée si la faim est énorme !
Vous ne captez plus rien du cours, si génial d’habitude, de Mme Truc car, c’est bien connu : ventre affamé n’a pas d’oreilles (vieux proverbe reptilien… ?).
Si, autre exemple, d’un coup le réveil “survie de l’espèce” a sonné l’alarme avec un coup de foudre amoureux, eh bien, comme par hasard, vous ne voyez plus rien du cours : l’amour rend aveugle (autre proverbe reptilien… lol). Je suis d’accord, dans ce cas, c’est plus compliqué que pour le petit déjeuner, mais je citais un exemple de fonctionnement du cerveau reptilien.
Enfin, de toutes façons, n’exagérons rien, très souvent, il n’y a pas de barrage au niveau reptilien.
L’information arrive alors dans le système limbique, qui rime avec “ça se complique”…
Eh oui, car le cerveau limbique analyse l’information pour savoir si elle est agréable ou désagréable.
Si elle est jugée agréable, il la laisse passer au cortex, et ouf !, peut-être aurez-vous enfin la réponse à votre problème de maths.
Mais s’il la juge désagréable, patatras, dans le pire des cas le système limbique ne laissera pas l’information aller jusqu’au cortex… Echec garanti !
Au fait, me direz-vous, comment fait-il ce système limbique pour juger l’information comme “désagréable” ou “agréable” ?…
Eh bien il compte combien il y a de + et combien il y a de -.
Pour chaque pensée désagréable, c’est un moins, pour chaque pensée agréable, c’est un plus.
Exemple : revenons sur ce problème de maths.
Si vous vous dites ou vous pensez :
– que vous êtes nul(le) en maths, c’est un moins – ;
– que de toutes façons ce prof est un gros nul, c’est un moins – ;
– qu’en plus il ne vous aime pas, c’est encore un moins – ;
– que dans la famille vous n’avez jamais été bon en maths, c’est… encore un moins – ;
– etc., etc., etc.
On pourra dire en français populaire que vous gambergez[3] , que vous ressassez[4] ce qui vous écoeure, que vous ruminez (des idées noires ou sombres…) ! D’autres diront que vous pédalez dans la semoule, ou… dans le limbique !
Si vous restez avec tous ces moins -, vous serez dans la situation décrite par ce proverbe limbique : l’échec appelle l’échec.
Si par contre vous décidez de positiver, là vous créez des plus +.
Pour continuer la métaphore de la maison et des étages, disons qu’il y a une porte pour passer du système limbique au néocortex.
Alors que les plus essaient d’ouvrir la porte, les moins essaient de la fermer.
L’équipe la plus nombreuse remporte la partie…
D’ailleurs, en parlant de partie, que fait un entraîneur d’équipe avant un match ?…
Il positive les joueurs en leur disant “on va gagner” (+), “on est les meilleurs” (+), etc.
Comme ça, l’information passe directement au cortex sans rester longtemps dans le limbique… et l’équipe – si elle s’est bien entraînée – peut gagner, ou en tout cas, jouer au mieux de ses possibilités.
C’est ce que dit un vieux proverbe limbique : si tu pars perdant, t’es sûr de perdre complété par ce vieil autre proverbe limbique : pars gagnant si tu veux gagner.
Oui, en réalité, c’est vrai, c’est même pire que ce que je viens de vous raconter.
En fait, quand une information est jugée agréable ou très agréable par le système limbique (parce qu’il y aura beaucoup de plus), NON SEULEMENT le limbique la fait passer au néocortex, MAIS EN PLUS le néocortex la traite EN URGENCE !
Un peu comme si le limbique mettait un post-it URGENT sur l’information !
Cela explique pourquoi quand un élève a une bonne note, il aura facilement une autre bonne note : car il a positivé son limbique, du coup l’information passe mieux au cortex et il réussit…
Et plus il réussit et plus il réussira…
D’où l’adage limbique : le succès appelle le succès car le système limbique se positive de plus en plus, le néocortex peut travailler davantage et du coup nous réussissons.
Je vous donne un exemple personnel : je me souviens de ce que mon tuteur, à Londres, m’a répondu quand il a appris que j’apprenais le chinois. Il est d’abord resté coi[5] un instant puis m’a dit : “Oui, après tout, le chinois n’est pas une langue si difficile : il y a un milliard de gens qui la parlent, et parmi ces gens il y en a qui ont fait moins d’études que nous, donc nous pouvons très bien être capable d’apprendre cette langue nous aussi !”.
Cela traduit un autre proverbe limbique : ” A cœur vaillant, rien d’impossible ! “.
Je vous envoie à tous des milliards de plus : + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + + !
Frédéric Rava-Reny
________________________________________
[1] “Education en trois parties. Education du cerveau triunique (1978)”, dans Les trois cerveaux de l’Homme, Paul D. MacLean, Roland Guyot (pour la traduction, les notes et les commentaires), Robert Laffont, 1990, p.45.
[2] C’est en 1962 que MacLean adopte la théorie des trois cerveaux, in J. Nerv. Ment. Dis., 1962, 135, pp.289-301, “New Findings Relevant to the Evolution of Psychosexual Functions of the Brain”, où il écrit [traduction de l’op.cit., p.19] : “L’homme se trouve dans cette situation complexe : la nature l’a doté essentiellement de trois cerveaux qui, en dépit de grandes différences de structure, doivent fonctionner ensemble et communiquer entre eux. le plus ancien, le cerveau de base, est reptilien, le deuxième est un héritage des mammifères primitifs, et le troisième est un développement récent du type mammifère. C’est ce dernier qui, chez les primates, au point culminant de son développement, a tout spécialement donné l’homme.”
[3] Gamberger : langue populaire : avoir l’esprit qui bat la campagne. Gamberger vient d’un vieux mot qui veut dire compter… comme si le limbique comptait les moins 😉 ! Les courbes en question figurent en pages 71, 74 et 144 de la nouvelle édition de 1998.
[4] Ressasser : répéter sans cesse et inutilement, revenir sans cesse en esprit sur.
[5] coi, au féminin coite, dans les expressions rester coi, se tenir coi : rester calme, silencieux, tranquille…

Vous pouvez maintenant être convaincu de la puissance des consultations par téléphone et de l’efficacité des CD d’hypnose !!

 

Une pièce de théâtre, créée par Lionel AGULLO et Philippe MILOYAN, a été jouée à 18 h tous les samedi du 27 octobre au 24 novembre 2012 à PARIS dont le titre est “Le JT de l’inconscient” . Lionel AGULLO, Professeur LEO,et Philippe MILOYAN, le journaliste ENOCKYAN, sont les principaux acteurs. Ce spectacle s’est joué  à L’AUGUSTE THEATRE. 6 impasse Lamier Métro Philippe Auguste 75011 PARIS. Ce spectacle peut être joué dans toute la France et vous pouvez le  commander en téléphonant au 06 46 33 60 38. Il est disponible pour les associations culturelles, philosophiques ou pour tous les directeurs de théâtres à Paris ou en province. Vous pouvez voir la pièce en cliquant sur l’écran ci-dessous aussi bien sur votre ordinateur que sur votre smartphone, iphone ou sur votre tablette. Image de prévisualisation YouTube

Le second livre  “L’inconscient :  le dieu laïc” est enfin sorti le 1 décembre 2013 en format papier 

Ce livre va vous donner les secrets de l’inconscient et permettra à l’homme d’entrer dans une dimension spirituelle égal. Mes découvertes, sur l’hypnose et la puissance de l’inconscient, sont surprenantes car je lui donne une vie et une dimension sans égal dans le monde. C’est notre être divin que nous possédons tous en nous. C’est notre richesse et je vous donne toutes les clefs pour le comprendre. Un livre stupéfiant et passionnant !!!! L’inconscient : le dieu laïc” est une formule qui dépasse le fameux E = MC2 de Einstein. En effet, les réponses que je donne aux deux journalistes sont tout a fait révolutionnaires dans leurs approches. Je donne une vie pleine et entière a notre inconscient qui possède des pouvoirs tellement etendus. Nous avons perdu le fil qui nous reliait a lui par un conscient qui s’est trop developpé. Ce dernier est devenu aveugle, sourd et muet. Il est devenu handicapé par ses névroses et ses psychoses. Son sens matérialiste et temporel lui a fait perdre toutes ses valeurs humanistes. Seul le profit compte. Je réhabilite l’inconscient qui va permettre a tout un chacun de retrouver sa voie et sa plénitude. Plus personne ne vous manipulera car vous aurez tous les pouvoirs en vous. La démonstration est d’une extrême simplicité. Ainsi, sans faire grêve, nous pourrons changer notre societé uniquement en écoutant notre inconscient. Il n’y aura plus de pauvres ni de riches mais une seule humanité en harmonie avec la nature. Nous ne serons plus dirigés par des concepts illusoires tels que l’argent, l’heure, la société etc. Les multinationales, les banques, les usines, l’exploitation de l’homme par l’homme, l’agro-industriel, l’argent et les montres disparaîtront. Nous devons reconstruire notre monde en fonction des besoins vitaux de notre richesse inépuisable : notre inconscient. La spiritualité deviendra notre moteur car, comme je l’évoque dans mes interviews, nous sommes tous des dieux. Ainsi, la formule magique L’inconscient : le dieu laic prend tout son sens et rejoint la pensée de Jean JAURES. La laïcité, c’est l’élévation de l’homme par l’homme par la science et la connaissance. Il n’y a plus de souci de religion puisqu’il n’en existe qu’une seule celle de l’inconscient. Donc, tous les textes sacrés ne parlent que de l’inconscient de l’homme qui est Dieu et Satan le conscient de l’homme. Tout est simple et ainsi plus de guerre de religions. Nous voyons qu’au travers de ces développements la puissance remarquable de notre inconscient. Mon travail, depuis 17 ans, en tant que psycho-energeticien et d’hypnothérapeute, m’a permis de soigner et de résoudre quantité de problèmes psychologiques et somatiques grâce a l’inconscient de mes patients ! Je vous laisse maintenant découvrir l’univers de l’inconscient.

Lionel AGULLO

Un livre de 220 pages que vous pouvez commander sur ce site au prix de 18 euros  et 9 euros en format numérique.

Le film ” Le JT  de l’inconscient” en première mondiale :

 je vous informe que le film “Le JT de l’inconscient” est maintenant présenté à divers festivals dans le monde dans la catégorie court-métrage. Le thème du film est le suivant : Deux missionnaires de la planète Michta sont envoyés sur terre pour y réaliser un reportage du JT de l’inconscient. Accompagné du Professeur LEO, le journaliste ENOCKYAN va découvrir le secret de l’Inconscient de l’homme, situé dans l’estomac et les intestins, qui va sauver la planète Terre.Et en anglais : Two missionaries from Michta planet are sent to Earth for a Subconscious TV news report.
Along with Professor Leo, the journalist named Enockyan will find out the secret of man’s unconscious, located in the stomach and the intestines, that will save the Earth. Pour voir les films en français ou en anglais cliquez sur ces liens Image de prévisualisation YouTube

Image de prévisualisation YouTube

 

Le fameux backstage du film:

Image de prévisualisation YouTube

 

Entretien avec  Mme Ana SANDREA :

 

Image de prévisualisation YouTube

Mes travaux m’ont mené à travailler avec l’inconscient de chaque personne et les aider à résoudre leur problème par elle-même. C’est un travail écologique que nous demandons à l’inconscient de la personne pour aider son conscient à s’en sortir. C’est formidable. Pour ma part, je dis le texte auparavant, je répète le texte au mot et à la virgule près et ainsi la personne n’est jamais surprise, car l’état d’hypnose Eriksonienne est une hypnose éveillée. La personne est consciente de tout. Si cela ne lui convient pas, elle peut rouvrir les yeux et quitter la pièce. Cela ne pose aucun problème. J’apprends aux gens à faire abstraction de leur conscient qui est dans l’encéphale par rapport à l’inconscient qui se situe dans l’estomac et les intestins. Il y a deux cerveaux, donc deux modes de compréhension. Quand le conscient dit : « Vous dites n’importe quoi, je ne crois pas ce que vous dites », je réponds à la personne : « Je suis d’accord avec vous, je ne crois même pas ce que je raconte ». Ainsi, je suis d’accord avec le conscient, nous ne sommes jamais en opposition.
Quand je parle à la personne, je ne parle pas à son conscient, je parle à son inconscient.

Passage sur M6 pour la  peur de conduire :

Image de prévisualisation YouTube

Présentation du livre “Le merveilleux pouvoir de l’inconscient”:

Image de prévisualisation YouTube

De l’importance de l’homme

Aujourd’hui l’homme est ramené à un numéro. Il doit penser comme un robot et être dirigés par des robots. Rendez-vous compte, un robot a été nommé à un conseil d’administration et a un droit de vote. C’est un robot qui fait du trading haute fréquence. Les automobiles sont fabriqués par des robots et on opère même avec eux à distance. La société déshumanise l’homme à la seul vue du profit immédiat. Auparavant, seul le travail rapportait de l’argent. Maintenant, on se rémunère avec les intérêts que rapportent l’argent. Nous tournons à l’envers d’une économie classique. L’inconscient de l’homme n’est pas d’accord avec cette philosophie qui va détruire l’homme. Le livre “l’inconscient le dieu laïc” donne toutes les solutions pour déjouer les pièges de cette société qui détruit le noyau familial.

Les méfaits du cortisol

Pour comprendre les effets des CD d’hypnose, veuillez lire l’article ci-dessous et vous comprendrez pourquoi ceux ci sont de véritables coupe-cortisol comme défini dans le film de la page d’accueil /:

Nous connaissons tous, dans notre vie professionnelle ou quotidienne, des périodes de stress plus ou moins intense que nous gérons tant bien que mal. Ce stress accroît nos performances physiques et intellectuelles mais peut aussi provoquer quelques dégâts physiologiques et psychologiques de par les perturbations hormonales qui en résultent. Notre métabolisme n’est pas épargné avec souvent une prise de poids à la clé. Comment peut-on contrecarrer les effets néfastes du stress pour n’en garder que le bénéfice ?
Le stress, c’est bien connu, fait monter l’adrénaline. Mais pas seulement : l’adrénaline n’agit pas seule. Peu de temps après le déclenchement de sa production, en phase de choc, c’est-à-dire juste après le stimulus stressant, une autre hormone cruciale lui vient en aide : le cortisol. Cette hormone sécrétée par les corticosurrénales, intervient comme « régulateur métabolique » : il mobilise toute l’énergie disponible afin de la faire parvenir aux organes qui en ont besoin. Face au danger, nous devons être capables de fuir ou de combattre : on appelle cela la réponse « fight or flight ».
Dans les deux cas nos muscles doivent donc être approvisionnés en sucre et pour ravitailler rapidement ces cellules, le cortisol va par le biais de diverses réactions en chaîne :
– stimuler la synthèse de glucose par le foie, à partir des réserves de glycogène qu’il contient
– augmenter la dégradation protéique et graisseuse : une partie de nos réserves en muscles et en graisses est « transformée » en glucides.
Il en résulte donc une augmentation du taux de sucre dans le sang (hyperglycémie).
A ce stade là les effets du stress peuvent paraitre bénéfiques : on pourrait penser faire fondre la cellulite à coups de stimuli stressants…
Mais l’action du cortisol ne s’arrête pas à cela : une fois le stress immédiat passé, le taux d’adrénaline revient à la normale, tandis que le cortisol persiste afin d’aider le corps à retrouver son équilibre. Et cela consiste surtout à augmenter l’appétit afin de reconstituer les réserves de graisses et de sucres entamées en phase d’ « attaque ». Si nous sommes à l’origine programmés pour réagir à des situations de stress telles que l’attaque d’un mammouth ou la chasse d’un zébu (qui nécessitent un réel effort physique), il faut admettre qu’aujourd’hui la donne est changée : le prédateur le plus féroce que vous ayez à affronter n’est peut-être autre que votre bipède de chef, et la chasse la plus ardue dans laquelle vous vous soyez risqué était de devoir courir après le bus en sortant du bureau pour arriver avant la fermeture du Mop’. Finalement, nous sommes amenés à reconstituer des stocks d’énergie qui n’ont pas été vidés…
L’action des hormones du stress est à double tranchant : ce sont des alliées qui permettent de se défendre face à une menace imminente, mais notre système de survie est incapable de faire le distinguo entre un séisme et un bug informatique et réagit dans tous les cas comme si c’était une question de vie ou de mort…
D’autres effets néfastes plus ou moins directement liés à un excès de cortisol sont à noter à court ou long terme :
• Si le mécanisme de protection est trop sollicité, le cortisol peut venir à manquer et un taux trop faible peut mener à l’anxiété et à l’épuisement.
• L’excès de cortisol dans le sang entraîne un affaiblissement du maintien et de la régénération musculaire.
Quand cortisol et adrénaline sont produits un peu plus chaque jour, le corps cherche en permanence à renouveler ses réserves d’énergie en accroissant la masse grasse, principalement au niveau abdominal, car les glandes qui secrètent le cortisol sont situées au dessus des reins : l’accès au tissu adipeux en cas de mobilisation nécessaire des réserves est ainsi facilité. Or c’est la graisse autour des viscères qui est la plus liée au risque de maladies cardio-vasculaires.
Une élévation continuelle de l’hormone de stress peut affaiblir le fonctionnement thyroïdien et de ce fait ralentir le métabolisme.
Le cortisol est synthétisé à partir du cholestérol : le besoin en cholestérol augmente donc proportionnellement à celui du cortisol ? Or tout le cholestérol n’est pas transformé en cortisol…
Un taux de cortisol élevé bloque la sécrétion d’insuline, afin de maintenir une glycémie élevée. Les cellules deviennent à terme moins sensibles à l’effet de l’insuline, d’où un risque de résistance à l’insuline et de diabète de type 2.
Le cortisol entraîne fuite de potassium et la rétention de sodium, et donc d’eau.
Le cortisol diminue l’absorption intestinale de calcium et favorise donc l’ostéoporose.
Les cycles circadiens (jour/nuit) sont régulés par le cortisol (taux plus élevé le matin et plus bas la nuit) et la mélatonine et peuvent donc se retrouver perturbés en cas de stress.
En cas de stress, la digestion est mise en stand-by, ce qui peut provoquer des troublent gastro-intestinaux.
Les effets physiologiques du cortisol sont donc considérables mais non perceptibles, d’où son appellation d’ « hormone espionne » du stress. Comment faire alors pour baisser le taux de cortisol sanguin ?
Il faut se fier aux effets tangibles de l’adrénaline qui la précède : accélération du rythme cardiaque, bouffées de chaleur, plaques rouges, papillons dans le ventre…La perception de ces signaux d’alarme doit pousser à relativiser la situation ? Le pronostic vital est-il engagé ? Faut-il prendre ses jambes à son cou ? Si la réponse est non, il faut alors utiliser ce surcroit d’énergie pour stopper le processus : les techniques de relaxation, la méditation, le yoga, la respiration contrôlé …sont autant de moyens efficaces éprouvés.
Faire du sport et de l’exercice physique est en outre le meilleur moyen de réduire un niveau de cortisol trop important, mais il ne faut pas dans ce cas se mettre la pression sur la performance ce qui reviendrait à occasionner un stress supplémentaire !
Il s’avèrerait que la caféine pourrait élever les taux de cortisol et d’ATCH, une autre hormone du stress. Or c’est souvent en situation de surmenage et donc de stress professionnel ou scolaire qu’on en consomme beaucoup !

Ce texte vient du lien suivant : http://blog.kitchendiet.fr/2011/12/cortisol-hormone-espionne-du-stress/

Comment le cartel pharmaceutique a pris le pouvoir. Regardez la vidéo ci-dessous :

Image de prévisualisation YouTube

Bernard DEBRE dans son ouvrage sur les médicaments démontre que 3600 médicaments sur 4000 sont inutiles. Sur les 400 restants , ce sont des anti inflammatoires. Si on ne consomme pas de lait, de blé ou de sucre raffiné on en a plus besoin . Donc plus besoin de médicaments !!!! Des milliards d’économie pour la société et un peuple qui ne tombe plus malade. C’est simple et facile mais la propagande nous fait croire qu’avec des médicaments faits à base de pétrochimie, cela nous soigne ?